famille, organisation

Pourquoi planifier ses menus de la semaine à l’avance

Je rentre le soir à la maison.

Mon mari douche les enfants.

Il est 18h30/18h45.

« Chéri, on mange quoi ce soir? »

« Je ne sais pas. Tu as une idée? »

« Non, et toi? »

« Non plus »

Et on termine par un « Des pâtes » ou « On va chercher »….

Je suis sûre que ce scénario vous paraît familier….

Si seulement on pouvait avoir un cuisinier personnel qui s’occuperait de réfléchir à notre place.

Oui…………mais non.

On sait qu’il faut manger équilibrer, varier….

Main on n’a pas envie de se prendre la tête, là, maintenant, perdre de l’énergie à réfléchir.

On fini toujours (ou très souvent) par manger la même chose. Et, malgré toute notre bonne volonté, on gaspille.

Qui n’a jamais ouvert un placard, regardé dans le fond, et dit « Ah mais je ne me rappelai pas qu’on avait ça! Ah zut, c’est périmé…poubelle! ».

J’ai commencé à m’intéresser à des livres sur l’organisation familiale, à regarder des blogs, des sites,…. Et j’ai vu qu’il n’y avait pas que chez moi que cette question « qu’est ce qu’on mange ce soir? » posait problème. Et une idée tirée de ces différentes sources m’a bien plu: faire des menus, et des listes de course en conséquence.

Au début, j’avais l’impression d’établir un menu de cantine. Il n’y avait que là bas que j’avais vu ce genre de chose.

Mais pour rien au monde je ne reviendrai en arrière.
C’est tellement pratique!

Le dimanche (ou le samedi si j’ai le temps), je prépare les menus pour la semaine suivante, et j’enchaine avec la liste de course.
On gagne de l’argent car on achète uniquement ce dont on a besoin.
On gagne du temps car on ne se pose pas la fameuse question.

Je vous conseille de faire des menus en fonction de votre timing.

Par exemple, quand mon mari est d’après-midi, je sais que ça va être la course pour moi le soir avec les enfants. Dans ce cas là, soit je prévois des menus simples et rapide (steak/frites – petit pois carottes/poulet – œufs brouillés/coquillettes….) soit je prévois d’aller chercher.

Si vous avez la motivation, vous pouvez préparer vos plats en avance et les congeler.

Pour que ce soit encore plus rapide, vous pouvez mettre sur des post-it ou en forme de listing des idées de menus/plats, et vous en inspirer en variant d’une semaine sur l’autre. Vous pouvez aussi demander aux enfants ce qu’ils aiment. Ils peuvent avoir gouter des plats chez les copains ou à la cantine que vous ne connaissez pas ou ne faites pas d’ordinaire.

J’ai tenté récemment de prévoir les menus sur 2 semaines. Je fais mes « grosses » courses et j’en achète un maximum la première fois, et je ne retourne que pour le frais (légumes, poisson ou viande de bœuf).

Pour que le menu soit accessible à toutes les personnes susceptibles de s’en occuper, je vous conseille d’acheter un calendrier familiale, ou avec de grosses cases pour noter dessus.

Est-ce que vous faites vos menus en avance aussi? ou Est-ce que cela vous tente? pourquoi?

enfants, on a lu

Les éditions Nathan et l’école

 

20190712_225928.jpg

Les vacances viennent à peine de commencer que je vais déjà vous parler de l’école.

Quelle rabajoie!

Les éditions Nathan vous aide à préparer doucement la rentrée au travers de 3 livres sur le thème favoris (ou détesté) des enfants: l’école.

  • Max et Le lapin: L’école? Ah! non merci!

Un album très drôle pour dédramatiser l’entrée à l’école maternelle avec un décalage texte/image: la maman raconte à travers Max une journée d’école « horrible et ennuyeuse » alors qu’on voit dans les illustrations un Max très heureux avec ses amis

Dès 2 ans, 5.90€ ici

 

  • Questions Réponses!: C’est comment, l’école?

60 questions pour tout savoir sur l’école élémentaire.

Combien y a-t-il de classe? Quel âge a-t-on en CP? A coté de qui on s’assoit? Comment est organisée la journée? Où fait-on du sport? Qui dirige l’école? Peut-on rester à l’école après la classe?…….

Et à la fin, 6 infos surprenantes sur les secrets de l’école.

Sur chaque double page, un petit jeu de « cherche dans l’image »

Dès 5 ans, 6.95€ ici

 

  • Le bien-être des petits: Confiant et Heureux à l’école

Une dispute en récré, des apprentissages difficiles, la peur de ne pas y arriver….

La vie à l’école n’est pas toujours facile.

Avec Noé et Louise, l’enfant apprend à retrouver confiance grâce à des activités simples à faire chez soi. Grâce aux exercices audio (il y a un CD), il peut s’entraîner à évacuer ses peurs, à se recentrer en classe et à repérer ses prgrès puis à les mesurer.

(J’ai hâte de le tester avec Nath celui-ci 😉 )

Dès 5 ans, 13.90€ ici

 

J’espère que ces petites découvertes vous auront plu

 

apprentissage, DYS

Les cahiers Dyscool: Le Français en CE2/CM1/CM2

  • Article en partenariat avec les Editions Nathan

LRM_EXPORT_502386386824280_20190711_165341978.jpeg

Les manuels scolaires ne sont pas pas adaptés aux enfants particuliers.

La police d’écriture est petite, il y a des images partout,….

Pour un enfant avec des soucis d’organisation visuel, il est compliqué de se retrouver.

Les éditions Nathan ont sorti la collection Dyscool qui s’adresse à nos enfants particuliers en adaptant les textes.

Je vous avais écrit un article l’année dernière sur des romans adaptés (article ici)

Pour la rentrée de septembre, ils se sont attaqués aux manuels scolaires.

Les cahiers de Français existent en niveau CE2 CM1 et CM2.

LRM_EXPORT_502412271331454_20190711_165407863.jpeg

Il s’agit d’un manuel d’entrainement spécialement conçu pour les enfants dys ou en difficulté d’apprentissage, écrit par des enseignants et adapté par une enseignante spécialisée:

  • Une mise en page aérée que l’enfant peut s’approprier en la personnalisant.
  • Des rappels de cours avec des phrases courtes toujours suivies d’exemples.
  • Une police de caractère très lisible et de grande taille.
  • Des exercices sur mesure pour écrire le moins possible.
  • Des picots pour repérer facilement le type d’exercice
  • Une autoévaluation bienveillante et positive
  • 28 notions clés pour s’entrainer tout au long de l’année
  • des corrigés détachables avec des conseils et des astuces pour aider votre enfant et prolonger les apprentissages.

Nous avions utilisé les livrets en mathématiques et en français spécialement adaptés des éditions Hachette pour cette année (article ici).

Après une année complète d’utilisation, je les trouve très bien fait, mais encore trop fourni (beaucoup d’info sur une page, des dessins…).

Je trouve ceux-ci plus clair et aéré.

J’espère qu’ils vont en faire pour les Mathématiques.

Vous pouvez vous procurer les manuels pour 7,95€ sur leur site ou directement ici.

 

 

 

actualités, enfants, famille

10 idées cadeaux pour la fête des mères

A vos agendas! La fête des mères est le dimanche 26 mai cette année.

J’adore cette fête!

Alors oui, les cadeaux que les enfants nous « fabriquent » à l’école ou à la crèche ou avec la nounou ne sont pas des plus « design », mais ils sont fait de leurs mignonnes petites mains et avec tout leur amour.

Je vous l’avoue: quand mon grand me récite la poésie qu’il a appris, juste pour moi, je fonds.

Ce moment, au réveil, quand ils arrivent avec leur cadeau, tout excité de me le donner, me rappelle à quel point j’ai de la chance d’avoir ce rôle (à d’autre moment aussi, mais celui-là est tout particulier).

Les grandes enseignes ne manquent pas d’idées, plus ou moins douteuses, pour rappeler que c’est aussi le moment d’acheter un cadeau (genre -50% sur l’aspirateur à cette occasion…..)

Voici une liste idées de cadeaux si vous êtes en manque d’inspiration:

[Chéri, si tu me lis,tu peux piocher une ou plusieurs idées aussi]

  • Un (ou plusieurs) Charm Pandora: (à partir de 49€ sur le site officiel ici)
  • Le lisseur GHD
  • Le robot pâtissier Kitchenaid (oui je craque un peu là, mais ne serait-on jamais….il irait tellement bien dans la nouvelle cuisine, n’est-ce pas chéri?)
  • Une journée dans un spa avec ma meilleure amie (elle me remerciera plus tard 😉)
  • Un coussin de massage
  • Un bouquet de fleurs (pas très originale mais il fait toujours son effet et c’est tellement beau)
  • Un album photo de famille
  • Une jolie bougie dans laquelle on découvre un bijou à la fin (type Jewel Candle)
  • Un abonnement de 3 ,6 ou 12 mois a une box beauté (ou autre, en fouinant sur internet j’ai trouvé des boxes sur le vin, le jardinage, la bière, la nourriture…..)

Je précise qu’il s’agit d’une liste non exhaustive car elle dépend du goût de chacune.

N’oubliez pas d’agrémenter cela avec un petit déjeuner au lit pour rendre le moment encore plus joyeux pour la maman😊.

D’autres idées à proposer? N’hésitez pas à les laisser en commentaires.

enfants, on a lu

La tour Eiffel fait du ski de Mymi Doinet

Il neige sur Paris.
La célèbre Dame de Fer a une idée: et si elle allait au ski?

Au même moment, Sami se dit que lui aussi, il irait bien à la montagne.

Nous suivons les 2 compères dans leur périple, direction le Mont Blanc où Sami tient absolument à apporter un petit paquet-cadeau à une mystérieuse occupante d’un chalet bleu.

Leur trajet ne se fera pas sans embuche.

La Tour Eiffel aidera Sami à atteindre son lieu de prédilection qui lui réservera également une surprise.

J’ai bien aimé le fait d’humaniser ce monument: se déplacer, partir faire du ski sur un coup de tête, aider un enfant à atteindre son objectif….
L’histoire est mignonne et drôle à la fois.

A la fin du livre, quelques informations sont données sur le Mont Blanc, qui peuvent intéresser aussi bien les petits que les grands.

La collection Premières Lectures des éditions Nathan accompagne les enfants qui apprennent à lire.

Chaque roman peut être lu à 2 voix: l’adulte lit le texte et l’enfant ce qui est écrit dans les bulles.

Quand l’enfant sait lire seul, il peut lire le roman comme un grand!

Si vous avez envie de voir la Tour Eiffel sur des ski, je vous invite à le commander directement ici au prix de 5,60€ – livre accessible dès 6 ans

9782092588352

(je dirai plus milieu voir fin de CP pour commencer à le lire à 2 voix).
anniversaire, billet d'humeur

30ans avec 1 an d’expérience

Aujourd’hui, c’est mon anniversaire.

J’ai 31 ans.

(oui, en rose, en gras ET en italique)

Snapchat-1259408108.jpg

Je n’ai pas voulu fêter mes 30 ans.

Quand on est dans la vingtaine, on fait encore parti des « jeunes ».

Dans la vingtaine, on a cette impression qu’on a toute la vie devant soi.

Dans la vingtaine, on se construit.

Je me suis construite.
Je me suis mariée.
Je suis devenue maman de 2 enfants.
J’ai un emploi fixe.
J’ai ma maison.
Bref, j’ai « bâtit » ma vie.

Qu’est ce que la trentaine peut bien m’apporter?

J’ai l’impression d’être à la croisée de 2 chemins. Je ne suis plus tout à fait jeune mais pas encore désuète.

Le passage au chiffre 30 a été une vraie épreuve.

Aujourd’hui, je me sens mieux pour en parler.

bougie-de-gateau-diy-idée-bricolage-maison-déco-anniversaire-à-faire-soi-même-decoration-mignonne

Alors oui:

  • Le Roi Lion a 25 ans,
  • mon baladeur K7 ferait bien rire mon fils,
  • le Tamagoshi a tenté de faire son retour,
  • j’ai connu les 2BE3, Alliage et autres Worlds Apart,
  • j’ai connu le fameux Nokia 3310 (le Snake!!!!!)

mais je ne suis pas « Vintage » pour autant.

Finalement, la trentaine ne serait-elle pas la dizaine de l’épanouissement?

Une année que je suis avec elle au quotidien et qu’elle ne me déplait pas tant que ça.

La vie ne se résume pas tant en un chiffre mais d’avantage aux façons d’agir et à la manière de penser.

J’ai la chance d’être entourée de personnes qui m’apprennent au quotidien, qui m’apportent beaucoup et dont je ne voudrais plus me passer.

Pendant cette année:

  • nous avons été à Lisbonne en amoureux,
  • à la mer et à la montagne en famille,
  • j’ai revu des gens que je n’avais pas vu depuis des années,
  • nous avons engagé des travaux dans notre maison pour qu’elle nous ressemble d’avantage,
  • j’ai ouvert ce blog,
  • Lanna est rentrée à l’école
  • nous avons commencé à changer notre façon de consommer,….

Bref, j’ai profité et j’ai bien l’intention que ça continue comme ça 😉

famille, témoignage

24h d’allaitement

sein_ou_biberon-300x285

Quand j’ai accouché de Nathanaël, il m’était inconcevable d’allaiter.

C’était comme ça. La décision était prise et irrévocable.
« Mais tu ne vas pas lui donner les anticorps nécessaires »
« Si tu ne te sens pas capable d’allaiter, ce n’est pas grave » (le mot capable a raisonné longtemps dans ma tête)
« Tu aurais au moins dû lui donner la première tété »

Blablabla………….

images168QTM2O

Quand j’ai accouché de Lanna, j’ai voulu essayé.

J’ai essayé.

Je ne prenais aucun plaisir.

Mais j’ai culpabilisé de ne pas avoir voulu essayé pour le premier, alors pourquoi ne pas tenter pour le second.

Il y a tant de maman qui en font l’apologie.

La première tétée m’a surprise mais de manière négative.

C’était la première fois, je ne connaissais pas. Je me suis dit que j’allais recommencer et qu’avec le temps, cela se passerait sûrement mieux.

24h après, une sage entre dans ma chambre et me voit en pleure.

Je n’arrivais pas à donner correctement le sein à ma fille.

Elle n’en prenait qu’un sur les 2 et, purée, ça me faisait mal!

J’étais mal à l’aise, mais je me forçais parce qu’il le fallait.

Parce qu’allaiter son enfant, c’est mieux à ce que l’on m’a dit.

On a tenté de mettre Lanna dans une autre position, mais rien à faire. L’allaitement ne marchait pas.

Pas avec moi.

Je n’aimais pas et Lanna le ressentait.

La sage femme m’a proposé de donner un biberon pour cette fois et de l’appeler pour retenter à la prochaine tétée.

Je l’ai rappelé.

On a essayé.

En vain.

L’allaitement n’était décidément pas pour moi.

Le biberon sera donc de nouveau de la partie.

J’ai été déçue et soulagée à la fois.

Déçue parce que je n’ai pas réussi.

Soulagée parce que finalement, si c’est avec un biberon que je dois la nourrir, après tout, où est le problème?
Je nourris mon enfant, peu importe la manière que ce soit.

Les pro-allaitements risquent de me détester, mais il faut remettre les choses dans leur contexte.

J’admire ces femmes qui allaitent, et prennent plaisir à la faire, je ne les dénigre pas, bien au contraire.
Nous sommes toutes différentes, et je ne ferais jamais partie de ce groupe là.

Il a fallu trouver le bon lait et le bon biberon.

J’ai culpabilisé un moment, mais aujourd’hui, je ne regrette pas mon choix.

J’ai essayé, cela n’a pas fonctionné, point. Je ne suis pas une mauvaise mère pour autant.

Peu importe le choix que l’on fait, l’important est d’être en accord avec celui-ci.

sans-titre